Dossier du mois - Balade colorée en Alsace

Balade colorée en Alsace

On ne s'ennuie pas en parcourant les villages alsaciens : maisons variées aux formes typiques, structure à colombages, toits à pente très forte recouverts de tuiles vernissées, nombreux motifs ornementaux tels que sculptures, moulures, gravures, peintures et, bien entendu, des murs aux couleurs intenses, rappelant les tonalités vives en usage autrefois, comme en témoignent certains dessins polychromes : jaune safran, rouge sang de boeuf, vert et ocre. Si chaque maison est unique, l'ensemble de chaque ville est harmonieux et dégage une identité forte.


© Philippe Durand-Gerzaguet

Un caractère architectural fortement préservé
En alsacien, peindre une maison se dit "a Hüss wissle", ce qui veut dire blanchir une maison (1). Les couleurs sur les façades n'apparaissent que récemment, au cours et surtout à la fin du XIXème siècle avec l'arrivée des pigments organiques : la production de la couleur se fait alors en quantité suffisante et à un prix abordable. De plus, dans les années 1970, la sensibilisation à la valeur du patrimoine menée par des associations de sauvegarde et relayée par les pouvoirs publics ont permis à de nombreuses maisons alsaciennes d'être rénovées et de retrouver leurs couleurs originales (2). L'architecture récente se colore et chacun laisse libre-cours à sa créativité, même si de nombreux enduits restent blancs ou crème.

Le « pays de l'Ill » au coeur de la banane bleue

L'Alsace (Illsass ou Elsass) est une des terres les plus riches de France. Elle appartient à la mégalopole européenne qui s'étend de Londres à Milan en passant par la vallée du Rhin, dénommée la banane bleue (3). Bleu comme le bleu d'Alsace, un bleu de prusse, fabriqué au XVIème, XVIIème et XVIIIème siècle dans l'usine de Bouxwiller : « la couleur envahissait tout, les murs étaient bleus, la peau des ouvriers était teintée, sans parler de leurs vêtements ». C'étaient "les Bloï manner" connus dans toute la ville.

A l'origine, une couleur par corporation
L'agencement de la charpente et la disposition des colombes forment une composition spécifique à chaque maison et contribue au caractère de la région. En plus de leur fonction décorative, les motifs formés par les colombes verticales ou obliques peuvent avoir une portée symbolique. Ainsi le losange et la croix de Saint André sont considérés comme des motifs protecteurs de la maison, et la figure dite du "Mann" (l'homme), évoquant la lettre K majuscule, exprime la virilité et la force physique.

Les couleurs des pans de bois des maisons à colombages et des torchis s'harmonisent ou, plus souvent, se contrastent. Initialement, le chêne des bois "petits" ou "longs" (4) laissé à l'état brut se nuance avec le temps de brun ou de gris ; sinon, il était teinté par un mélange de sang de boeuf et de brou de noix fixé au vinaigre. Aujourd'hui, cires, lasures ou peintures sont volontairement choisies dans des tons proches du bois.


© Philippe Durand-Gerzaguet

Par juxtaposition, le torchis des colombages est donc mis en valeur. D'après Raymond Joubin (5), la couleur des façades est codifiée selon le métier du propriétaire : bleu pour les métiers issus du bois, rouge pour les métiers issus du fer, jaune, couleur du blé, pour celle des boulangers et des pâtissiers, vert pour ceux qui travaillent le cuir et les tissus. Quant aux maçons, tailleurs de pierre, couvreurs et plâtriers, ils reçoivent la couleur crème. Une hypothèse parallèle attribue le rouge pour les propriétaires de confession protestante et le bleu pour les catholiques, en référence à la Vierge Marie. Mais cette hypothèse est remise en question car on trouve des maisons bleues dans toutes les régions d'Alsace, même celles réputées protestantes.

Nous allons visiter trois lieux proches et constater leurs particularités.

La joyeuse place du marché d'Obernai
Cette cité médiévale située à 25 kilomètres au sud-ouest de Strasbourg, est le berceau légendaire de Sainte Odile, la patronne d'Alsace, fêtée le 14 décembre. Née aveugle, rejetée par son père, elle recouvra la vue le jour de son baptême. Elle fut la première abbesse du couvent de Hohenbourg. Sur la place du marché, l'hôtel de la Diligence se fait remarquer par sa façade rouge située au centre de l'alignement, contrastant avec les façades voisines jaune poussin et gris clair.


© Philippe Durand-Gerzaguet


© Philippe Durand-Gerzaguet

Plusieurs bâtiments d'Obernai sont de style Renaissance, dont la halle aux blés, une ancienne boucherie publique construite en 1554 où l'on peut aussi retrouver des éléments gothiques. Son enseigne est particulièrement expressive comme celles de nombreuses auberges, commerces ou maisons de vigneron en Alsace.

Turkheim au coeur du vignoble
Turkheim, à 7 kilomètres de Colmar, est blottie au pied d'un vignoble réputé, le "Brand". Elle a su préserver son caractère moyenâgeux avec ses trois portes et d'importants vestiges du mur d'enceinte.

Dans la rue principale, on remarque à la fois un ensemble de maisons au torchis assez clair, blanc, rose et sable. Lorsqu'on n'utilise pas de colorant, la tonalité ocre, grise ou beige du matériau de remplissage provient de la nature du sable de carrière employé. Parmi les pigments minéraux utilisés, on distingue toute la gamme des ocres jaunes, terre de Sienne, terres d'ombre, oxydes rouges et bruns et oxydes de fer sans oublier le blanc de chaux si fréquemment utilisé.


© Philippe Durand-Gerzaguet


© Philippe Durand-Gerzaguet

Plus loin, sur une gamme chromatique vive, trois maisons se différencient nettement : une maison jaune aux volets verts sur un soubassement rose, une maison à colombages verte et une autre maison à colombages bleu vif.

Colmar, la plus alsacienne des villes d'Alsace
La capitale des vins d'Alsace se situe à 57 kilomètres de Strasbourg. Colmar offre l'intimité d'une ville moyenne alliée à une richesse patrimoniale et à une homogénéité esthétique remarquables.

Dans la vieille ville, chaque coup d'oeil donnera au visiteur le sentiment de se trouver au coeur d'une carte postale grandeur nature. Les maisons à colombages, colorées et admirablement bien conservées, y sont très largement majoritaires.


© Philippe Durand-Gerzaguet


© Philippe Durand-Gerzaguet

Le lieu incontournable est bien évidemment la "Petite Venise", qui doit son nom aux belles maisons alignées sur les deux rives de la Lauch au sud est de la ville. C'était le quartier des tanneurs et le dernier étage souvent ouvert de ces habitations hautes et étroites était destiné au séchage des peaux de bêtes.

Les toitures alsaciennes par leur forme et leur volume ont une grande importance visuelle dans le paysage. Ici le pignon rayé jaune et vert se détache sur le fond brun à losanges verts. Les tuiles sont en forme d'écailles ou de queues de castor.

L'architecture alsacienne exprime par la variété de ses couleurs et de ses matériaux la richesse d'un pays fier de son histoire et soucieux de conserver ses traditions. Un pays qui aime bien vivre.

Elizabeth Condemine
Couleur & Marketing
www.couleuretmarketing.com

Références
(1) voir le livre de Philippe Lenclos, Les couleurs de la France, Editions du Moniteur.
(2) Publication d'une brochure « N'abimons pas l'Alsace », création d'un « Institut Qualité Alsace » et de « l'Institut des Arts et Traditions Populaires d'Alsace » à l'initiative de deux départements, de prix destinés à récompenser les meilleures restaurations. Marc Grodwohl anime « Maisons Paysannes d'Alsace » et a été à l'initiative de l'Ecomusée d'Ungersheim.
(3) La banane bleue : aussi appelée dorsale européenne, concept développé par Roger Brunet pour désigner cet espace densément peuplé et fortement urbanisé. La production de richesse et les flux y sont les plus importants en Europe. D'une certaine manière, il peut être considéré comme le centre économique de l'Europe. Toutefois, d'autres notions peuvent permettre de décrire le coeur économique européen, comme celui de Pentagone Londres-Paris-Milan-Munich-Hambourg, qui rassemble toutes les métropoles européennes reliées les unes aux autres par TGV dans un délai d'environ 3 heures. De nombreux spécialistes de l'aménagement du territoire préfèrent aujourd'hui insister sur la notion de polycentrisme européen, mais concèdent qu'un certain phénomène de conurbation est observé de la mer du Nord à la vallée rhénane.
(4) Dans la structure à "bois longs", les poteaux verticaux sont d'une seule pièce, de la sablière basse jusqu'aux combles. Dans la structure à "bois courts", les pans de bois ont seulement la hauteur d'un étage et chaque étage de la construction repose sur le niveau inférieur.
(5) http://cockpit.over-blog.fr

Pour en savoir plus
www.encyclopedie.bseditions.fr
Vocabulaire de l'architecture de la maison alsacienne : www.crdp-strasbourg.fr/data/lcr/maison_alsacienne/lexique
fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Alsace