Dossier du mois

Palette de roses en architecture

Si on exclut toutes les teintes d'ocres, terracotta et autres terres colorées tirant sur l'orange ou le rouge, les nuanciers des fabricants de peinture français offrent peu de roses et leurs appellations nous emmènent hors de France, en Italie (Verone, Rondone pour les teintes minérales de Tollens) ou en Inde (Jaipur chez Resopal). Est-ce à dire que cette couleur a besoin d'exotisme pour habiller les façades ? C'est au soleil du Mexique que les architectes osent de magnifiques réalisations et leur palette est variée, entre douceur et « shocking ».

Les compositions chromatiques de Luis Barragan

Le rose de Luis Barragan : formes rectilignes et reflets dans l'eau. Photos Susleriel et Pov Steve, Creative Commons

L'architecte mexicain Luis Barragan avait une compréhension de la couleur instinctive et très sûre, dit-on. « La couleur est utile pour rajouter cette touche de magie dont l'espace a besoin ». Né en 1902 à Guadalajara dans une riche famille de propriétaires terriens, il perçut le premier le potentiel du Pédrégal, vaste étendue de lave volcanique au sud de Mexico, aujourd'hui construit de demeures résidentielles. Luis Barragan puisait son inspiration colorielle dans l'art et vivait d'ailleurs entouré d'artistes, entre autres Chucho Reyes. Les lignes rectilignes de Barragan sont animées de couleurs vives judicieusement placées, roses, jaunes ou rouges. Leurs reflets dans l'eau, du fait de la présence fréquente d'un bassin, créent des vibrations qui animent la composition. Ces couleurs vives sont traditionnellement utilisées depuis toujours dans l'architecture mexicaine et plus largement sud-américaine. Au Brésil, dans les quartiers populaires, certains habitants peignent leur maison aux couleurs de l'école de samba à laquelle ils appartiennent : vert et rose pour l'école Manguiera d'après Jean-Philippe Lenclos.

Le rose qui cherche à rendre les gens plus heureux


Musée de la Mode et des Tissus à Londres


La Colorada House, vallée de Bravo, Mexique

Legorreta + Legorreta. Photos Benedict Luxmore et Lourdes Legorreta

Ce sont les mots de Ricardo Legorreta, architecte à Monterrey au Mexique. Son fils Victor et lui osent utiliser dans de nombreuses réalisations des couleurs saturées qu'ils conjuguent avec des formes géométriques simples : rouge latérite, orange vif, jaune lumineux et toute une gamme de roses : rose indien, rose fushia, fraise écrasée, rose shocking et même violet. Le Musée de la Mode et des Tissus réalisé au Sud de Londres (2001) surprend par la tonalité rose sur fond orangé de sa porte très haute qui conduit à une voûte bleu vif qui constitue l'entrée du bâtiment. Legorreta père et fils aiment utiliser aussi le rose en intérieur à l'exemple de l'atrium de l'hôtel Sheraton de Bilbao (2004) ou de La Colorada House (1995) dans la vallée de Bravo au Mexique.

Le rose des îles, une histoire de pêcheurs


L'île de Burano près de Venise en Italie
Photo Nikater, Creative Commons


Le Cap Ferret près de Bordeaux
Photo Philippe Durand

Burano, la perle de la lagune de Venise est l'île la plus animée et la plus étonnante sur le plan couleurs. La légende veut que ce soient les femmes, à l'aide de pinceaux attachés à de longues perches, qui peignent leurs maisons en couleurs éclatantes pour que les hommes partis pêcher en mer, repèrent de loin leur foyer quand ils regagnent l'île. Une autre interprétation serait que, du fait que les maisons ne portent pas de numéro, les couleurs vives et différenciées aidaient les pêcheurs éméchés à se repérer. Cependant, ces couleurs étaient beaucoup moins vives autrefois avec des peintures aux pigments d'origine végétale qu'elles ne sont aujourd'hui avec l'utilisation de pigments organiques. On trouve encore de nombreuses variations de roses sur d'autres îles ou presqu'îles : Santorin en Grèce, Caraïbes aux Antilles et, tout près de chez nous, dans une nuance violine surprenante en harmonie avec les bacs à fleurs, au Cap Ferret près de Bordeaux.

Le rose est une couleur extrêmement répandue dans la nature, c'est la couleur de nombreuses fleurs, de certains fruits, du ciel au lever et au coucher du soleil, de quelques poissons, d'oiseaux plus ou moins rares et de la peau humaine d'une partie de l'humanité. Le rose est cependant avec l'orange et le marron, une des couleurs les plus controversées qui, disent ses détracteurs, « hésite entre le fade et le criard ». Les exemples ci-dessus montrent comment la main de l'homme peut l'intégrer avec bonheur et audace au sein de la nature.

Elisabeth Condemine
Stratégies, innovations et conseils sur le marketing de la couleur
www.couleuretmarketing.com

Pour aller plus loin :
www.legorreta+legorreta.com
Burano, Perle de Venise de Gilbert Barles, Edisud