Le dossier du mois

Dans les Alpes, les métiers de la peinture atteignent des sommets!

Gérant de la société « Peintures et Rénovations des Alpes » dans la région de Grenoble, Raymond Poggia est aussi Président de la commission technique de l'UPPF (Union Professionnelle Peinture et Finitions) et Vice-président de ce même organisme. C'est donc en toute connaissance qu'il dresse un état des lieux de sa profession et évoque les nouveaux enjeux du développement durable.


Raymond Poggia

Pliolite.com:
Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

Raymond Poggia:
Nous avons choisi de rester en petite structure puisque l'entreprise compte 9 personnes. Mon épouse y travaille à mi-temps et j'emploie une secrétaire comptable au 3/4 temps.

« Peintures et Rénovations des Alpes » est installée à Colombe -à 45 km de Grenoble - et son rayon d'activité s'étend sur l'Isère, les Hautes-Alpes, la Savoie, la Haute Savoie et parfois même le Rhône. Du fait de la proximité de l'autoroute, les déplacements sont grandement facilités.

Pliolite.com:
Parlez-nous des chantiers que vous êtes amenés à effectuer...

Raymond Poggia:
Nos chantiers en cours comprennent la rénovation d'un supermarché, divers chantiers d'intérieurs chez des particuliers, une villa complète, un chalet, et même la gare SNCF de Grenoble. Depuis peu, nous rénovons un hôtel : 900 m2 de surface extérieure à peindre, sans compter les volets !

Nous travaillons aussi bien pour les particuliers que pour les collectivités.

Pliolite.com:
Vous êtes en pleine activité. Qu'en est-il du BTP dans son ensemble ?

RP: Le marché est encore en croissance et Il y a beaucoup de chantiers – Le maintient de la TVA à 5,5% joue évidemment en notre faveur. Cependant, on remarque une concurrence effrénée sur les prix. Le marché aurait plutôt tendance à tirer les prix vers le bas.

Pliolite.com:
Y'a t-il une formation type pour accéder à ce métier ?

Raymond Poggia:
Personnellement, j'ai suivi une formation complémentaire à l'IAE de Grenoble. Cela me semble primordial pour gérer une entreprise : on y apprend le management du personnel, les techniques de vente et de gestion, les spécificités du marché des collectivités...

Il existe plusieurs filières pour devenir peintre : CAP, BEP, BAC PRO, BTS et pour les adultes, le Greta ou l'Afpa (en formation continue).

Nous appliquons une politique de recrutement par l'apprentissage et privilégions la formation au sein de l'entreprise. Je forme les artisans aux contraintes d'une structure d'entreprise.


Les missions de l'UPPF, Informer, Soutenir,
Promouvoir, Représenter, Défendre

Devant la demande, nous avons parfois recours à la sous-traitance, ou aux agences d'intérim. Il est très difficile de trouver des peintres qualifiés mais il m'arrive d'embaucher un artisan si son profil me plait.

Pliolite.com:
Parlons un peu technique : quels types de peintures utilisez-vous pour les façades extérieures ?

Raymond Poggia:
J'emploie différentes peintures : minérales, Pliolite, Hydro Pliolite...

L'avantage de l'Hydro Pliolite réside dans sa conformité avec les COV (Composés Organiques Volatils).

La qualité prime mais nous devons nous adapter aux exigences et au budget de chaque client. Le prix des peintures entre donc également en ligne de compte.

Pliolite.com:
Comment réagissez-vous face aux législations européennes. Sur les COV par exemple ?

Raymond Poggia:
La législation va dans le bon sens. Nos voisins anglais et allemands sont d'ailleurs en avance sur nous dans le domaine environnemental. Il est temps que la France aille dans cette direction. Près de 98% des peintures pour façades étant “aqueuses“ il est important de diminuer nos rejets.

La directive de 2007 ne nous inquiète pas mais avec celle de 2010, certains produits risquent de disparaître... En outre, les contraintes pour l'application seront plus strictes.

Les clients sont de plus en plus sensibles à la préservation de l'environnement mais ils manquent encore d'informations à ce sujet. Heureusement, le paramètre écologie commence à apparaître dans les appels d'offre : type de produits à utiliser, recyclage, etc.


Privilégier le cadre de vie

Pliolite.com:
Entre le décapage des surfaces, et les résidus de produits, la peinture génère de nombreux déchets. Que faites-vous concrètement en faveur du développement durable ?

Raymond Poggia:
Nous préservons la santé de tous à long terme mais aussi à court terme.

Nos produits sont stockés à part dans une partie de l' entrepôt, et tous nos salariés portent obligatoirement gants, masques, lunettes, cagoule filtrée voire casques avec apport d'air frais et suivi individuel des salariés par la médecine du travail.

Pour le ponçage, nous disposons d'une machine d'aspiration standard qui répond aux normes législatives sur le bruit.

Nous faisons appel à un collecteur régional qui traite les déchets à l'échelle régionale.

Pour le décapage des façades, un système permet d'obtenir des résidus secs. Ceux-ci seront ensuite récupérés puis recyclés par le collecteur.

En ce qui concerne le recyclage de l'eau, l'UPPF va procéder à un test : il s'agit d'installer un système de recyclage de l'eau dans une société et d'étudier les améliorations. Si le résultat est concluant, l'UPPF compte étendre la démarche à tous les professionnels de la région.

Nul doute que l'initiative sera favorablement accueillie : à proximité des Alpes, nous disposons d'un cadre de vie privilégié et chacun, j'en suis sûr, tient à le préserver!